Auteur : Anthony FENEUIL

La distinction entre un Coran directement tombé du ciel, ou en tout cas dicté par Dieu à Mahomet et reflétant sans écart sa parole, et une Bible certes divinement inspirée, mais composée par des témoins faillibles, est claire et pédagogique. C’est sans doute pourquoi elle est si souvent mobilisée dans le débat public sur l’islam.

Il n’est pas rare d’entendre un intellectuel déclarer d’un air contrit que si l’islam est moins accommodant que le christianisme avec la démocratie moderne, ce n’est pas faute de bonne volonté de la part des musulmans, mais pour une profonde raison théologique : « pour l’islam, écrivait Rémi Brague en 2008 dans un livre destiné au grand public, le Coran a pour auteur non pas Mahomet, mais Dieu qui le lui a dicté ; Mahomet n’est que le scribe. De même, le véritable auteur du Paradis perdu est Milton, non sa fille à qui, devenu aveugle, il dictait son poème. » Mais si les mots du Coran sont ceux mêmes de Dieu, comment oserait-on les interpréter, les contextualiser, peut-être les relativiser ?

 

Auteur : Erick CAKPO

Violées, vendues comme esclaves, considérées comme trésors de guerre, mariées de force à des djihadistes… pas un jour sans que la presse ne relaie le terrible sort réservé aux femmes par l’État islamique. Ce dernier trouve une justification à ces exactions en les mettant en lien avec le Coran, jusqu’à construire une véritable théologie du viol. Ainsi apprend-on que, selon Daech, nier l’esclavage et le viol des femmes, c’est se moquer du Coran ; un traitement qui vise particulièrement les minorités yézidies et chrétiennes. Mais au-delà même de ces minorités, la condition de la femme musulmane dans l’État islamique est particulièrement préoccupante.

"En 2007, j'ai choisi de m'inscrire en Licence de théologie au CAEPR de Metz, car ce programme proposait un panel de cours variés, et je ne souhaitais pas, au début de mes études, me spécialiser dans une discipline trop restreinte.

Au cours de ces trois années, j'ai pu notamment suivre des cours d'Histoire, de langues anciennes (grec, hébreu etc.), d'exégèse, de droit canonique mais aussi de philosophie, d'éthique et de pédagogie.

J'ai ensuite opté pour une spécialisation en philosophie (pour le Master), au Canada. J'ai par la suite travaillé un temps dans l'enseignement, puis dans l'édition avant de monter ma propre maison en 2015 (www.synapse-editions.com).